FundaciĂłn Amantes de Teruel
Accueil > Quoi voir > Mausolée des Amantes


Mausolée des Amantes

L’actuel MausolĂ©e des Amantes a Ă©tĂ© inaugurĂ© en septembre 2005. L’édifice, qui a Ă©tĂ© dessinĂ© par l’architecte Alejandro Cañada, dispose de plusieurs salles d’exposition qui ont pour but de rapprocher le visiteur Ă  l’Histoire des Amantes.

D’un point de vue conceptuel, il existe quatre secteurs distincts d’exposition:

Secteur I. El Amor en tiempos difĂ­ciles / L’Amour en temps difficiles. . On y explique les caractĂ©ristiques sociales, politiques et culturelles entourant les Ă©vĂ©nements Ă  Teruel au dĂ©but du 13e siĂšcle.

Secteur II. La Historia de los Amantes / L’Histoire des Amantes. Il est question ici de l’exposĂ© des Ă©vĂ©nements qui eurent lieu en 1217 Ă  Teruel entre Juan MartĂ­nez de Marcilla et Isabel de Segura. On y traite Ă©galement du dĂ©bat historique que cette relation a crĂ©Ă© Ă  travers les siĂšcles.

Secteur III. Los Amantes, fuente de inspiraciĂłn / Les Amantes, source d’inspiration. Secteur destinĂ© Ă  expliquer l’influence des Amantes dans le monde des arts (littĂ©rature, thĂ©Ăątre, musique, peinture, sculpture) au fil du temps.

Secteur IV. El Reposo de los Amantes / Le repos des Amantes. Ici se trouve le MausolĂ©e des Amantes, oeuvre du sculpteur Juan de Ávalos. À travers une sĂ©rie de panneaux, il y est expliquĂ© la dĂ©couverte de momies et la place qu’a occupĂ©e le MausolĂ©e au fil du temps.

Histoire des Amantes

À Teruel, un jeune du nom de Juan MartĂ­nez de Marcilla est tombĂ© en amour avec Segura, fille de Pedro Segura. Le pĂšre n’avait pas d’autre fille et il Ă©tait trĂšs riche. Les jeunes s’aimaient beaucoup depuis le premier moment qu’ils se sont parlĂ©s. Le jeune Juan dit Ă  Segura qu’il dĂ©sirait l’épouser et elle rĂ©pondit que c’était rĂ©ciproque, mais qu’il Ă©tait impossible de se marier sans l’accord de ses parents. Sachant cela, Juan voulait encore davantage Segura comme Ă©pouse. C’était un bon jeune, mais il ne possĂ©dait aucune richesse.

Le jeune dit à sa douce de l’attendre cinq ans pendant qu’il parcourt terre et mer pour gagner assez d’argent et ainsi convaincre le pùre de Segura de donner son accord à leur union. Elle lui promit de l’attendre.

En guerre contre les Maures sur terre et sur mer, le jeune gagne beaucoup d`argent au bout de cinq ans.

Pendant ce temps, Segura fut trĂšs importunĂ©e par son pĂšre qui tentait de lui trouver un mari. Sa rĂ©ponse Ă  son pĂšre fut qu’elle avait jurĂ© de rester vierge jusqu’à l’ñge de vingt ans et qu’elle devait attendre d’ĂȘtre en mesure de pouvoir gĂ©rer une maison avant de se marier. Comme son pĂšre l’aimait, il accepta son refus de se marier Ă  un autre.

Cinq ans passĂšrent et le pĂšre dit Ă  sa fille : Ma fille, mon dĂ©sir est que tu trouves un compagnon. Cette derniĂšre, en voyant que cinq annĂ©es ont passĂ© et qu’elle n’avait pas de nouvelles de son amoureux, rĂ©pondit Ă  son pĂšre qu’elle trouverait quelqu’un. Peu de temps aprĂšs, le pĂšre lui trouvra quelqu’un et le mariage s’en suivit. C’est Ă  ce moment que Juan arriva.

Son amoureux se mit prĂšs du lit de son aimĂ©e et lui dit :Embrasse-moi puisque je me meurs. Elle rĂ©pondit : Dieu ne voudrait pas que je trahisse mon mari. Pour la passion de JĂ©sus Christ, je te supplie de chercher une autre femme, de moi tu ne dois plus tenir compte, Si cela n’a pas plu Ă  Dieu, ça ne me plaĂźt pas Ă  moi non plus. Juan lui demanda Ă  nouveau de l’embrasser puisqu’il se meurt. Elle lui rĂ©pondit qu’elle ne voulait pas.

Juan tomba raide mort. Segura, qui le voyait trĂšs bien grĂące Ă  la lumiĂšre de la chambre, se mit Ă  trembler et rĂ©veilla son mari en lui disant qu’il ronflait tellement qu’elle en avait peur. Elle lui demanda de lui raconter quelque chose donc il lui raconta une blague. Elle lui dit qu’elle avait quelque chose d’autre Ă  lui conter : ce qui Ă©tait arrivĂ© Ă  Juan, qu’il Ă©tait mort en soupirant.

Son mari lui rĂ©pondit: Oh! Quel mal, et pourquoi ne l’as-tu pas embrassĂ©? Segura rĂ©pondit Ă  son mari qu’elle ne voulait pas le trahir son mari. Son mari louangea Segura.

Puis, il se leva tout bouleservĂ©, ne sachant pas quoi faire. Il dit : Si les gens apprennent qu’il est mort ici, ils diront que je l’ai tuĂ© et je serai en grande difficultĂ©.

Les deux Ă©poux se mirent d’accord pour apporter le corps de Juan Ă  la maison de son pĂšre. Le tout dans un grand secret et sans ĂȘtre vu ou entendu par quiconque


La jeune Segura se mit Ă  penser Ă  combien Juan l’avait aimĂ© et avait fait pour elle, et que pour le simple refus d’un baiser il en Ă©tait mort. Elle dĂ©cida d’aller l’embrasser avant qu’il ne soit mis en terre. Elle alla donc Ă  l’église du seigneur san Pedro. Les femmes prĂ©sentes sur place se levĂšrent Ă  son arrivĂ©e. Segura ne se prĂ©occupa de rien d’autre que du mort. Elle dĂ©couvra son visage et l’embrassa si fort qu’elle mourut sur le coup. Des gens inconnus vinrent Ă  sa rencontre pour lui dire de s’enlever d’au-dessus du mort. Ils se rendirent rapidement compte qu’elle Ă©tait Ă©galement morte. Son mari raconta toute la vĂ©ritĂ© aux gens prĂ©sents et il fut dĂ©cidĂ© que les deux jeunes seraient enterrĂ©s dans la mĂȘme tombe.

Les actes entourant cette histoire sont nombreux. Nous avons ici une version brĂšve comme vous pouvez le constater.

(version actualisée provenant du Papier à Lettre Antique, datant de la fin du 14e siÚcle)










NOUVELLES

Desafío Buñuel

Acceso compra Radionovela 'Y si fuera posible amar'

Venta on line tienda Amantes

CafeterĂ­a Restaurante El Jardin

ABONNEMENT BULLETIN
Abonnez-vous Ă  notre newsletter.


FUNDACIÓNAMANTESDETERUEL